Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog Louise et Valentin

Les jardins d'olivier

10 Mars 2011 , Rédigé par vincent cécile Publié dans #Divers

La belle librairie d'Olivier Pochard consacrée à l'univers vert

Les libraires ne lâchent pas le Ve

Deux librairies indépendantes s'installent dans le quartier latin. La Ville tente d'enrayer la spirale des fermetures, liées au coût exorbitant des loyers.

r0dc21o2f3vste5s7ezej9x3a10rp3w-7jtk2d7g4cvw15cwnr2nw1brzpa.jpg

Pour faire tourner Les Jardins d’Olivier, Olivier Pochard mise sur son local rue Gay-Lussac et sur les ventes par Internet.

Photo : V.M. / Metro

"Je suis parti de zéro. J'ai eu de la chance et des opportunités". Olivier Pochard, 41 ans, inaugure jeudi soir sa librairie flambant neuve, Les Jardins d'Olivier, au 27 rue Gay-Lussac, dans le Ve. Ce passionné de littérature "verte", passé en vingt ans de manutentionnaire à directeur, est parvenu à ouvrir dans cette ancienne agence de voyage un petit temple de 6000 ouvrages dédiés à la nature, aux animaux, aux oiseaux et aux plantes.

Début 2010, l'ex-responsable de la Maison rustique (VIe) est tombé sur un local préempté par la Semaest, société d'économie mixte de la Ville. "J'avais un apport de 10 000 euros. Sans aide, je ne pouvais rien faire", raconte le libraire, qui a déposé un solide dossier financier pour obtenir le local de la rue Gay-Lussac. En incluant le prêt bancaire de 60 000 euros et les prêts d'honneur, Olivier Pochard a dû mobiliser un capital de 100 000 euros pour ouvrir sa librairie.

La Ville tente d'endiguer un phénomène brutal occasionné par l'explosion des loyers. Le quartier latin est passé de 225 librairies en 2000 à 124 aujourd'hui. Le dispositif de la Semaest, qui prend en charge la rénovation des locaux, vient également de permettre l'installation, au 65 rue Monge (Ve), de la Petite Boucherie, une librairie dédiée à la jeunesse. "On souhaite réimplanter une douzaine de librairies dans le quartier, à terme peut-être vingt", explique l'adjointe aux commerces Lyne Cohen-Solal.

"Cette politique est courageuse, juge Vincent Monadé, directeur du Motif, observatoire francilien du livre et de l'écrit. Mais il est trop tôt pour savoir si elle va permettre de réimplanter des librairies dans ce quartier envahi par les grandes enseignes." Depuis la fin des années 1990, fuyant les loyers exorbitants, les libraires ont migré vers l'est parisien et les quartiers périphériques. Le XIe, le XVIIe, le XVe ou le XVIe comptent aujourd'hui trente-huit libraires, et le XXe, vingt-deux. Vincent Monadé est formel : "Aujourd'hui, pour monter une librairie, il faut avant tout être un bon gestionnaire".

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article